Quels outils de développement Web ?

Partager cet article

C’est bien gentil de se lancer dans le développement d’application et/ou framework mais pour être efficace faut-il encore et surtout bien s’outiller. Ce choix n’est pas négligeable et reste surtout très personnel. Ce qui parait simple et accessible pour l’un ne l’est pas pour l’autre, et vice-versa. Bref, si on y reflechit bien de quoi a-t-on besoin concrêtement ?

Presque rien en fait : un ordinateur, un ou plusieurs IDE, une base de données avec ses outils de gestion, une browser bien équipé. Et puis c’est tout non ?

Pas tout à fait en fait. Comme je compte développer sur plusieurs ordinateurs j’ai besoin de synchroniser (sans me fatiguer) les développements. J’aimerai bien aussi historiser et conserver l’évolution de mon travail. Aïe ça se complique …

Le système d’exploitation

En ce qui me concerne le choix est rapide (mais une fois de plus affaire de goûts) … ça sera Linux Fedora.

Évidemment il faudra faire attention dans la phase de développement que les accès filesystem soit fait dans les règles de l’art afin d’assurer une portabilité Windows.

L’IDE

Commençons pas l’outil principal : celui dans lequel tout commence et tout ou presque va se passer : l’IDE (comme Integrated development environment). Alors bien sur l’utilisation d’un tel outil n’est pas indispensable mais si on veut être efficace, ce type d’outil me parait plus que nécessaire (ne serais-ce que pour faire du debug). Alors évidemment le choix de travailler dans le monde java filtre aussi pas mal les possibilités (oublié les Visual Studio et autres outils très propriétaires).

En fait, et à regarder de près le choix n’est pas si foisonnant que cela. On a en gros deux vrais possibilités : Eclipse ou Netbeans :

Le choix n’est pas si évident quand on y regarde de plus près. En effet si Eclipse est l’IDE le plus IDE (car sans doute le plus flexible) il n’en reste pas moins complexe à utiliser. Personnellement je suggère à tous ceux qui se posent un tel choix d’essayer les deux IDE afin de mieux les comparer. Après quelques essais de mon coté, mon choix s’est porté sur netbeans car je le trouve vraiment beaucoup plus simple à utiliser pour du développement web … affaire de goûts personnels 😉

Une fois installé, j’ai ajouté quelques plugins bien pratiques aussi :

 

Coté gestion de code

Si on reste dans le gratuit et pratique on pense tout de suite à GitHub. Gestionnaire de code source SaaS très pratique et surtout très utilisée. Un seul défaut peut être, je n’ai pas envie de diffuser mon travail tout de suite, ou du moins de le rendre accessible dans l’immédiat. Malheureusement si on utilise cette plateforme en mode gratuit on ne peut pas créer de projet sécurisé. Fort heureusement j’ai trouvé la parade auprès de FramaSoft qui fournit une plateforme Git mais avec plus de possibilités (dont celui de pouvoir créer des projets privés).

Alors go sur FramaGit ! je créé mon compte puis mes projets. Je vais en créer deux : un pour mon framework (JOY) et un pour l’application qui va utiliser ce dernier (DGM).

N’oubliez pas de choisir un projet privé si comme moi vous voulez le garder dans un premier temps inaccessible de la terre entière.

La difficulté maintenant consiste à configurer Netbeans avec votre projet Git.

Heureusement Netbeans supporte nativement cette solution de gestion de code source (ouf !). Je vous conseille donc ce tuto pour configurer et utiliser Git au travers de Netbeans.

La synchronisation de code

Dernier point, j’ai envie de travailler sur plusieurs machines sans nécessairement avoir à « commiter » ma solution via FramaGit. Pour tout dire j’ai envie que mes commits (Git) correspondent à des vrais avancement dans mes développements et non chaque fois que je passe d’une machine à une autre. Une solution me vient donc en tête : utiliser les cloud drives et leur clients de synchronisation sur les postes clients. Une fois de plus un mini bench s’est imposé (OneDrive, DropBox, MegaSync, etc.) … mais là pour moi y’a pas photo. En la matière dropbox est de loin le plus facile et fiable à utiliser. J’ai donc installé des clients dropbox sur mes différentes machines et je dois dire que le résultat est tout à fait probant.

La base de données

Sans hésitations cette fois, j’utiliserai PostgreSQL. Maintenant je ne veux pas que mon choix soit structurant envers mon application et encore moins mon framework. Mes solutions seront migrable d’une base à une autre. Je me réserve la possibilité d’utiliser aussi MySQL, Oracle, etc.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

vingt − onze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.